Testez Votre éligibilité et profitez d’une offre à partir de 1€

Le chauffe-eau solaire individuel
Le chauffe-eau solaire individuel (CESI) est la solution solaire thermique la plus simple à mettre en œuvre. Grâce à un principe fiable, il permet de chauffer une partie de l’eau sanitaire de la maison.
Deux raisons de l’installer : un équipement fiable et robuste
Le chauffe-eau solaire peut couvrir, selon la région et la taille de l’installation :

▶ 50 à 80 % des besoins moyens annuels d’eau chaude sanitaire
▶ La totalité des besoins à la belle saison, ce qui permet d’éteindre complètement la chaudière en été.
Bien conçus, bien utilisés et régulièrement entretenus, les éléments d’un chauffe-eau solaire individuel ont une durée de vie :

▶ de 20 à 30 ans pour des capteurs plans de qualité (certains constructeurs les garantissent 10 ans) ;
▶ de 15 à 20 ans pour un ballon performant, avec un suivi régulier.
▶ d’environ 10 ans pour le circulateur, les sondes de température et la régulation.

Un choix écologique
Le chauffe-eau solaire consomme peu d’électricité (uniquement pour le circulateur) et ne rejette pas de CO2, ni de polluant quand il fonctionne. Il diminue les rejets de gaz à effet de serre de 45 % à plus de 70 %, selon l’appoint utilisé.

L’énergie utilisée pour fabriquer l’équipement est compensée par sa faible consommation quand il fonctionne. Au total, il utilise beaucoup moins d’énergie qu’un ballon électrique ou qu’un chauffe-eau à gaz.
Le matériel constituant un CESI (en particulier les capteurs) est en grande partie recyclable.

Comment ça marche ?
Le fonctionnement du système
Les capteurs solaires thermiques transforment le rayonnement solaire en chaleur. Le fluide caloporteur qui circule dans les panneaux se réchauffe. Il passe ensuite dans le ballon d’eau chaude, où il cède sa chaleur à l’eau sanitaire via un échangeur de chaleur, puis repart vers les panneaux.

La régulation donne la priorité à l’énergie solaire chaque fois que celle-ci est disponible et module l’énergie d’appoint à apporter en cas de besoin. Quand l’ensoleillement est insuffisant, l’énergie d’appoint chauffe l’eau via un circuit indépendant.

Plusieurs types de capteurs disponibles
Un capteur de qualité doit être efficace, robuste et résistant (à la grêle, au vent, au froid et à la chaleur), durable et facile à installer.

▶ Les capteurs non vitrés sont les plus simples. Capteurs souples ou « moquettes », ils sont peu coûteux et produisent de l’eau jusqu’à 30 °C environ. En revanche, ils ne peuvent servir pour l’eau sanitaire que dans les pays chauds.